Bangkok

Biographie

Bangkok : le nom que se sont choisi les trois membres du groupe n’a rien d’une pose exotique. Les eaux miroitantes de la Venise de l’Orient reflètent bien leurs singuliers parcours respectifs.

Tandis que les frères d’Ollone, Barthélémy et Melchior, passaient leur enfance à parcourir l’Europe comme solistes d’Opéra ou membres de chœurs de musiques sacrées, Antoine imprégnait la sienne des rythmes et des mélodies de divers pays africains.  Leur rencontre au cours de leurs années d’étude à Paris n ‘empêchera pas de nouveaux voyages,  et ce n’est que quelques années plus tard qu’ils se retrouvent à Madagascar… pour explorer une mine de saphir. Et faire de la musique, organisant des concerts improbables jusqu’à remplir un stade..

C’est  finalement à Bangkok, où il décident d’aller vendre leur joyaux, que leur projet musical prend réellement forme. Pendant deux ans, ils y mûrissent leur style et y composent ce qui sera la matière de leur premier album. Un retour à Paris leur offrira l’opportunité, grâce à un seul concert,  de rejoindre le label Columbia.

Racée et organique, leur musique est à l’image des pierres précieuses qu’ils ont traquées, offrant de multiples reflets teintés d’une pop psychédélique, progressive et mutante, qui ne se laisse pas épuiser à la première écoute . Chaque chanson est conçue comme  un voyage aux reliefs parfois inattendus,  faisant succéder le rêve à la sensualité,  le calme à l’orage, la méditation à la danse… Mais les pierres se taillent pour devenir bijoux,  et ce foisonnement n’empêche l’émergence miraculeuse de chansons à l’efficacité entêtante.

Harmonies vocales sophistiquées, mélodies élégantes, vrais instruments mais son actuel,  musique élaborée mais comme conçue dans l’instant, raffinée mais comme baignée par les vapeurs d’arrière-salles interlopes… Bangkok se joue des contrastes comme la ville dont ils portent le nom. Ce n’est d’ailleurs pas le moindre des miracles que nous offre le groupe, de rendre la rupture à la sensualité, la surprise à la caresse, et de mener à ce point de raffinement des embruns aux parfums parfois salaces.

Le voyage peut être saisissant, il n’en reste pas moins d’une addiction soyeuse.

Album « Jungle of mania » réalisé par Pierrick Devin  (Lilly wood and the prick, Owle, Cassius , Phoenix.. ) et mixé par Renaud Letang ( Feist , Vampire Weekend , The Kills,Metronomy ..) et Julien Delfaud (Gaëtan Roussel, Etienne de Crecy, Revolver, The Shoes ).

Sortie EP novembre 2015 et Album en 2016 chez Columbia / Sony

Ecoutes

+
+